Exposition de Marie-France Phalip du 20 au 27 novembre 2013

 137

Après plusieurs années de recherches personnelles, Marie-France Phalip s’oriente vers la tempéra.

Puis, un besoin de recentrer sa peinture l’entraîne vers la gravure en taille douce. Après trois années d’étude de l’eau forte à l’encre noire sur la figuration,  le désir de reprendre un dessin plus libre d’interprétation au regard se fait sentir.

Elle se tourne alors vers le vernis mou (ce qui lui permet d’appliquer les matières de son choix pour obtenir des empreintes) et lui donne l’occasion d’aboutir aux papiers de couleur collés sur la plaque de cuivre. Elle retrouve ainsi son inspiration première : la couleur.

Enfin, elle s’aventure vers l’aquatinte, technique lui donnant des aplats nuancés avec effets de lavis.

La curiosité la pousse  maintenant, par le biais du monotype, à introduire des encres de couleurs.

 139
Publié dans expositions artistiques